L’incontinence urinaire à l’effort ; encore tabou mais tellement courant!

L’incontinence urinaire à l’effort représente plus de 50 % de tous les cas d'incontinence urinaire. Il s’agit du plus fréquent chez les femmes de moins de 55 ans et affecterait près d’une femme sur cinq au cours de leur vie. Malgré cette proportion, l’incontinence urinaire demeure un sujet sensible et beaucoup de femmes hésitent encore à en parler. Très fréquent après l’accouchement ou lors de la ménopause, l’incontinence urinaire à l’effort est définie comme une fuite accidentelle d’urine à la suite d'un effort physique, comme soulever un objet lourd, mais aussi en éternuant, en toussant et même en riant. En fait, les fuites surviennent subitement lorsqu’un effort physique exerce une pression sur l’abdomen.

L’incontinence urinaire à l’effort même après avoir fait vos exercices de Kegel?

Vous avez fait vos exercices de Kegel tel que recommandé, environ six semaines après l’accouchement vous pensez que tout est rentré dans l’ordre mais un simple éternuement vous renvoie à la case départ. Pourquoi? Parce que les autres groupes de muscles, comme les abdominaux ou ceux du fessier ont aussi tendance à se contracter, ce qui affecte l'efficacité de l'exercice de renforcement des muscles pelviens lors des exercices de Kegel. Pendant la grossesse, après l’accouchement ou durant la ménopause, les fuites sont principalement causées par un affaiblissement des muscles du plancher pelvien et du sphincter urinaire. Habituellement, ces muscles maintiennent la vessie fermée et empêchent les fuites d'urine. Si ces muscles sont affaiblis, il leur est impossible de se resserrer suffisamment et d’empêcher les fuites lorsqu’une pression est exercée sur l’abdomen.

 

D’autres approches de traitement de l’incontinence urinaire à l’effort

Les exercices de Kegel ne sont pas la seule approche de traitement de l’incontinence urinaire à l’effort. Les cônes vaginaux font aussi partie des approches non-médicamenteuses qui sont souvent recommandées par les professionnels de la santé. Le concept des cônes vaginaux est simple. Il consiste en un ensemble de petits cônes de forme et de grandeur identiques, mais de poids progressifs. L’exercice consiste à insérer un cône dans le vagin, en commençant par le plus léger que vous pouvez confortablement retenir et en le remplaçant par un cône de plus en plus lourd au fur et à mesure que les muscles de votre plancher pelvien se renforcent. Simple non? En fait, c’est la sensation de perdre le cône qui déclenche immédiatement un réflexe de contraction involontaire des muscles du plancher pelvien autour du cône. Si vous êtes en mesure de conserver le cône dans le vagin pendant une quinzaine de minutes avec seulement un léger effort de contraction volontaire, vous aurez atteint l’objectif et vous pourrez passer au cône suivant. L’exercice doit être fait deux fois par jour. Plus les muscles de votre plancher pelvien s’endurciront et moins grandes seront les chances de fuites. Pour rire, éternuer et tousser en toute quiétude il est important d’en parler et d’avoir accès à une approche appropriée. 

 

 

Partagez